bébé

Le sommeil des enfants et celui des parents !

L’arrivée d’un bébé dans la famille est un évènement merveilleux, mais les parents sont souvent confrontés à des nuits agitées. La première chose à savoir : les nuits agitées sont tout à fait normales et vous ne pouvez pas y faire grand-chose. Le point rassurant : le sommeil de votre bébé va peu à peu se réguler par lui-même.

sommeil enfant

Le saviez-vous ?

  • Les 30 premiers jours après la naissance de votre bébé sont toujours les plus difficiles et les plus angoissants pour vous parents. Et pour cause, le sommeil et l’éveil calmes chez un nouveau-né sont absents pendant cette période. Ils sont remplacés par une étape physiologique du bébé : le sommeil et l’éveil agité. En effet, il existe 4 états de vigilance chez le nouveau-né et aucun n’est « absent ». L’éveil calme est très restreint les 30 premiers jours (quelques minutes par jour). Le sommeil calme est présent de façon classique. Les fréquences des pleurs sont donc causées par une prévalence de l’éveil agité par rapport à l’éveil calme. Mais aussi par le « sommeil agité » dont les parents ne connaissent pas forcement l’existence en général. C’est pourquoi votre bébé pleure souvent.
  • Il n’y a pas d’âge exact pour qu’un bébé fasse ses nuits, chaque bébé est différent. Il faut comprendre que le sommeil est très fragile jusqu’à un certain âge et peut facilement se modifier. Le nouveau-né dort en moyenne 16h sur 24h. Le bébé ne sait pas ce qu’est le jour ou la nuit. Les premières semaines, il va diriger lui-même ses horaires de sommeil. Le premier signe d’un rythme circadien est les pleurs de décharges. Ces dernières apparaissent généralement vers 17h – 22h. Ces pleurs de quelques heures qui sont incalmables et difficiles à gérer. C’est le premier signe qui montre que votre bébé trouve son rythme jour/nuit. Cette période se situe entre 1 et 6 mois (tout dépend de l’enfant). Le corps du bébé travaille respiration, chaleur de son corps, sécrétions hormonales, ce qui permet de voir son sommeil évoluer. La qualité du sommeil change, est moins entre coupée. Votre bébé va grandir et réguler progressivement son sommeil jusqu’à trouver un rythme.
  • De 6 mois à 4 ans, une régularité s’installe. Votre enfant grandit. Il devient de plus en plus conscient de lui-même et redoute le détachement avec vous, parents. Il a besoin d’être rassuré. Pour remédier à ces angoisses, il est recommandé d’installer des rituels qui vont permettre à l’enfant de se rassurer et de lui donner des repères dans le temps. L’utilisation des espaces est très importante pour le sommeil. Chaque espace est dédié à une activité sinon l’enfant ne va pas comprendre et l’intention ne sera pas là. Ex : son siège pour manger, son lit pour dormir. Il est important de verbaliser vos actes pour que votre enfant soit en confiance. 
  • Des études estiment qu’à 18 mois, 40 à 60 % des enfants se réveillent dans la nuit, dont 20% plusieurs fois /nuit jusqu’à l’âge de 4 ans. Ce sont, la plupart du temps des micros réveils. Dans ces cas-là, il est bien que votre enfant retrouve l’élément avec lequel il s’était endormi la première fois pour poursuivre sa nuit. Ces rituels permettent de contextualiser le moment du coucher par exemple. L’enfant évolue avec eux jusqu’à ce qu’il s’en détache et s’endorme seul.
  • Il est important de dissocier l’endormissement de la nutrition pour éviter les vrais réveils la nuit. Donner un biberon est rassurant mais votre enfant va peut-être prendre son biberon en entier sans forcément avoir faim. Vous pouvez proposer petit à petit autre chose puis, au fur et à mesure, l’enfant va se dégager de l’allaitement et trouver un autre rituel d’endormissement.
  • Les siestes ont un impact positif sur l’endormissement. Un enfant qui est fatigué est un enfant qui est en manque de sommeil. Laissez votre enfant se reposer autant qu’il le souhaite avant 2 ans, cela aura un impact positif sur le sommeil de la nuit. Il n’y a rien de plus compliqué qu’endormir un enfant en dette de sommeil.
bébé parents
Il est important d’avoir conscience que le sommeil est différent pour chaque enfant. Voici pas mal de choses sur lesquelles vous pouvez travailler pour améliorer le sommeil de votre enfant (rituels, siestes respectées, intentions, respects des lieux, connaissance des phases de sommeil…) !

Quelques soient les difficultés, ayez confiance en vous !

Article rédigé par Elsa HABOUZIT, à la suite de la visio-conférence organisée par les associations « La Maison des Parents du Lauragais » et « Regards » et animée par Karine AULETTO, puéricultrice PMI à Castanet-Tolosan.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin